Retour à l'accueil


Santiago de Cuba - Juillet
La page avec tous les textes du site

- Documentation ritmacuba.com : Histoires de morceaux


TINGO TALANGO
son
Auteur : Julio CUEVA

 

Ce son est l'héritier direct du son de Miguel Matamoros "Las maracas de Cuba". Il s'insère dans la tradition des morceaux dédiés à un instrument de la musique cubaine et reprend de son modèle l'idée de décrire la fabrication de l'instrument. L' auteur de Tingo talango, le trompettiste et chef d'orchestre Julio Cueva a été une gloire de l'âge d'or de la musique cubaine, en particulier lorsqu'il a créé son propre orchestre à partir de 1940. Auparavant, il aura été un des principaux protagoniste de la musique cubaine à Paris dans les années '30. Il fut à tel point emblématique que le lieu le plus connu de la musique cubaine de la capitale française porta son nom : "La Cueva" (avec un jeu de mot sur la signification du nom : "la grotte").

L'instrument tingo talango (ou tingotalango) se nomme aussi tumbandera et c'est sous ce dernier nom qu'il figure dans l'ouvrage scientifique en deux volumes "Instrumentos de la música Folklórica - Popular de Cuba" édité à La Havane. Il est aussi nommé kaolin ou karolin par les Haïtiens et les descendant haïtiens de Cuba qui l'utilisent pour leur part dans la tradition du gagá (banda rara).

C'est un arc-en-terre (par opposition à l'arc-en-bouche), classé dans les cordophones. Sa fonction musicale relève de la basse harmonico-rythmique. Il a des antécédents dans plusieurs régions de l'Afrique sub-saharienne, mais à Cuba son héritage est principalement d'Afrique Centrale (peuples de langues bantoues), directement ou par médiation d'immigration de la Caraïbe. Le nom tumbandera relève de cette origine, tandis que tingotalango est plutôt du domaine de l'onomatopée. Cet instrument a été historiquement associé à des formes primaires du son, tel le nengón. Il est aussi mentionné dans les traditions du punto et des coros de clave.

Le refrain du morceau repose sur l'asonance et le rythme créés par la juxtaposition de tumba Antonio (une danse paysanne) avec Tingo talango (un instrument éventuellement propre à l'accompagner). Il se produit ainsi une allitération ("trabalengua" en espagnol) dynamisante.

© Daniel Chatelain

Hay en Cuba un instrumento
que se usa mucho en el campo,
no es de cuerda ni es de viento,
se llama tingo talango.


Tumba Antonio, dale que dale, tumba Antonio
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.


Se toca el tingo talango
en la campiña cubana
y se entusiasman bailando
de la noche a la mañana.


Tumba Antonio, dale que dale, tumba Antonio
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.


Si quieren que les describa
cómo es el tingo talango
tráiganme un gajo de güira
o si no uno de mango.


Tumba Antonio, dale que dale, tumba Antonio
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.


Se abre un hueco en el suelo,
encima una hoja de lata,
en el centro un agujero
donde un alambre se ata.


Tumba Antonio, dale que dale, tumba Antonio
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.


Con estos tres elementos
que yo les estoy nombrando
ya tienen el instrumento
cubano tingo talango.


Tumba Antonio, dale que dale, tumba Antonio
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

 

A Cuba il y a un instrument
qu'on utilise beaucoup à la campagne,
Il n'est ni à corde ni à vent,
il s'appelle tingo talango

Tumba Antonio, vas-y mais vas-y, tumba Antonio.
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

On joue le tingo talango
dans la campagne cubaine
on s'enthousiasme à danser
du soir jusqu'au matin.

Tumba Antonio, vas-y mais vas-y, tumba Antonio.
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

Si vous voulez que je vous décrive
comment est le tingo talango
apportez-moi une branche de calebassier
ou sinon une branche de manguier.

Tumba Antonio, vas-y mais vas-y, tumba Antonio.
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

On ouvre un trou dans le sol
on le couvre d'une feuille de fer-blanc
avec dans le centre une ouverture
où on attache un fil de fer

Tumba Antonio, vas-y mais vas-y, tumba Antonio.
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

Avec les trois éléments
que je viens de vous nommer
vous avez déjà l'instrument
cubain tingo talango.

Tumba Antonio, vas-y mais vas-y, tumba Antonio.
tumba Antonio, tingo talango, tumba Antonio.

Transcription et traduction : Daniel Chatelain


Orquesta Julio Cueva au cabaret "La Cueva" - 193? (Paris) - coll. Edouard Pécourt

Biographie de Julio Cueva (Trinidad 1897 - la Havane 1975) : son montuno.com

Enregistrement de Tingo talango :


CD Machito & his Afrocubans 1941

1. Sopa de pichón (Frank Grillo " Machito ") / 2. Chacumbele (Alejandro Mustalier) / 3. La rumbantela (Obdulio Morales) / 4. Ñagüe (Chano Pozo) / 5. Parábola negra (Obdulio Morales) / 6. El muerto se fue de rumba (Rafael Blanco Suazo) / 7. Tingo talango (Julio Cueva) / 8. Yambú (Machito-Ayala) / 9. Rascando siempre rascando (Julio Cuevas) / 10. Intermezzo (Souvenir de Vienna) (Heinz Provost) / 11. Paella pichón (Frank Grillo " Machito ") / 12. Que vengan los rumberos (Gilberto Valdés)

info@ritmacuba.com


Retour à l'accueil



A la source ? | Qui sommes-nous ? | Nos partenaires
© Ritmacuba
163 r. de la Butte Pinson
93380 PIERREFITTE - FRANCE

Tél : 33 1 48 39 90 53
E-mail : info@ritmacuba.com

statistiques